L’ultratrail, une forme extrême de course à pied au-delà de la distance traditionnelle du marathon (42,195 km), exige une endurance physique et mentale exceptionnelle.

Les athlètes qui participent à des ultramarathons poussent souvent leur corps dans ses derniers retranchements, faisant face à des efforts physiques prolongés et à des défis mentaux au cours de courses qui peuvent s’étendre sur des distances de 50 kilomètres à 100 ou 200km d’un seul coup. Étonnamment, ces dernières années, les coureurs d’ultratrail cachent un vilain secret : l’utilisation du cannabis hors compétition pour faciliter l’entraînement, la récupération et les performances en course !

A découvrir également : La course à pied : un allié essentiel pour la santé de vos articulations

L’attrait du cannabis par les ultra trailers

1. Gestion de la douleur

L’ultratrail soumet les athlètes à un stress physique important, entraînant des douleurs musculaires, des douleurs articulaires et des inflammations. De nombreux coureurs d’ultratrail déclarent utiliser du cannabis, en particulier le THC et le CBD, pour ses propriétés analgésiques et anti-inflammatoires. Les principes actifs du cannabis, appelés cannabinoïdes, interagissent avec le système endocannabinoïde du corps, qui joue un rôle dans la régulation de la perception de la douleur et de l’inflammation. En réduisant potentiellement la douleur et l’inflammation, les coureurs d’ultratrail peuvent trouver un soulagement pendant l’entraînement et la récupération.

2. Aide à la récupération

La récupération est primordiale pour les coureurs d’ultratrail, étant donné l’intensité physique de leur sport. Le cannabis favoriserait la récupération en soutenant la réparation musculaire et en réduisant le stress oxydatif. Certains ultratrailers incorporent des produits à base de CBD, tels que des huiles ou des crèmes, dans leur routine de récupération post-course afin d’accélérer la guérison et de réduire le temps de récupération entre les séances d’entraînement.

Lire la suite : Les jumping jacks : bienfaits sur la santé cardiovasculaire, renforcement musculaire et perte de poids

3. Réduction de l’anxiété et du stress

La force mentale requise pour l’ultratrail ne peut être sous-estimée. Les athlètes sont souvent confrontés à des défis psychologiques, notamment l’anxiété, le stress et même des luttes existentielles au cours de courses prolongées. Le cannabis, en particulier les variétés à forte teneur en THC, aurait des propriétés anxiolytiques, ce qui pourrait aider les coureurs d’ultratrail à gérer leur nervosité le jour de la course et à rester concentrés pendant les épreuves de longue distance.

4. Amélioration de la qualité du sommeil

Un sommeil de qualité est essentiel à la récupération et à l’optimisation des performances des athlètes d’endurance. Certains coureurs d’ultratrail utilisent le cannabis comme aide au sommeil, en particulier le CBD ou le CBN, qui peut favoriser la relaxation et améliorer la qualité du sommeil en interagissant avec les neurotransmetteurs impliqués dans la régulation du sommeil.

La science derrière l’utilisation du cannabis dans l’ultratrail

Bien que les témoignages anecdotiques des coureurs d’ultratrail suggèrent des bénéfices potentiels de la consommation de cannabis, la recherche scientifique sur ce sujet est encore émergente et limitée. Les études sur les cannabinoïdes comme le THC et le CBD ont montré des résultats prometteurs dans la gestion de la douleur, la réduction de l’inflammation et le soulagement de l’anxiété, mais des recherches supplémentaires sont nécessaires pour établir des lignes directrices définitives pour les athlètes, y compris les coureurs d’ultratrail.

La variabilité des produits et des dosages disponibles, ainsi que les restrictions légales qui compliquent les efforts de recherche, constituent un défi pour l’étude de l’utilisation du cannabis dans l’athlétisme. Les coureurs d’ultratrail désireux d’intégrer le cannabis à leur régime d’entraînement devraient procéder avec prudence et consulter des professionnels de la santé connaissant bien l’usage du cannabis dans l’athlétisme.

Considérations pour les coureurs d’ultratrail

1. Considérations juridiques et réglementaires

Les lois sur le cannabis varient considérablement d’une région à l’autre et d’un pays à l’autre. Les coureurs d’ultratrail doivent être conscients des implications légales de la consommation de cannabis dans leurs lieux d’entraînement et de compétition. Les athlètes soumis à des réglementations antidopage doivent également faire preuve de prudence, car certains cannabinoïdes, dont le THC, restent interdits dans les sports de compétition.

2. Réponse individuelle et dosage

Le cannabis affecte les individus différemment en fonction de facteurs tels que le poids corporel, le métabolisme, la tolérance et le produit spécifique utilisé. Les coureurs de fond qui envisagent de prendre du cannabis devraient commencer par de faibles doses et surveiller attentivement leur réaction, en ajustant le dosage ou la fréquence si nécessaire pour obtenir les effets souhaités sans effets secondaires indésirables.

3. Effets secondaires potentiels

Bien que le cannabis soit généralement bien toléré, certains consommateurs peuvent ressentir des effets secondaires tels qu’une sécheresse de la bouche, des vertiges ou des changements d’appétit. Les produits contenant du THC peuvent avoir des effets psychoactifs et altérer les fonctions cognitives, ce qui peut avoir un impact sur les performances sportives et la sécurité pendant l’entraînement ou les courses.